Voiture électrique : le bonus ramené à 4 000 euros

Un décret paru mardi 13 février réduit de 1 000 euros le bonus accordé pour l’achat d’un véhicule électrique de moins de 47 000 euros. Cette aide, qui avait déjà diminué du même montant en 2023, est désormais fixée à 4 000 euros et ne sera plus versée pour l’achat d’un modèle d’event.

Cette mesure, annoncée parallèlement à la « suspension » du leasing social – qui doit bénéficier à quelque 50 000 ménages modestes –, doit permettre de contenir l’ensemble des aides à l’électrification dans une enveloppe budgétaire de 1,5 million d’euros en 2024. Le superbonus de 7 000 euros accordé aux mêmes ménages (dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 15 400 euros par half) qui acquièrent une voiture électrique est maintenu.

Satisfaire à « l’écoscore »

Le ministère de l’économie a également annoncé la suppression du bonus accordé aux entreprises qui achètent ou louent en longue durée des voitures particulières électriques. Le dispositif d’aide est en revanche conservé pour les véhicules utilitaires. Par ailleurs, la prime à la conversion (de 2 500 à 6 000 euros, selon les cas) versée pour l’achat d’une voiture après la mise au rebut d’un véhicule ancien baisse de 1 000 euros et ne sera plus attribuée pour l’acquisition d’une voiture thermique. Dans ce cadre, les modèles électriques devront désormais satisfaire à « l’écoscore » qui exclut de facto les modèles produits hors d’Europe.

Selon le ministère de la transition écologique, ce rabotage des aides est justifié par « les bons résultats » enregistrés en matière d’électrification du marché vehicle et le fait que l’achat d’une voiture électrique rencontrerait « de moins en moins de freins économiques » en raison de la baisse de prix.