L’énorme plan de rémunération de 56 milliards de {dollars} d’Elon Musk validé par les actionnaires de Tesla

Elon Musk, PDG de Tesla, à Gruenheide (Allemagne), le 13 mars 2024.

La mobilisation de Tesla et de son patron Elon Musk a payé : après son annulation par la justice en janvier, son énorme plan de rémunération a de nouveau été approuvé par les actionnaires du constructeur automobile.

La seconde approbation portait sur le transfert de la domiciliation de Tesla du Delaware vers le Texas.

L’annonce a été faite jeudi 13 juin par Brandon Ehrhart, secrétaire général de Tesla, devant plusieurs centaines d’actionnaires réunis en assemblée générale à Austin (Texas) et qui ont salué ces approbations sous les hourras et applaudissements.

Le plan de rémunération d’Elon Musk avait une valeur estimée à 56 milliards de dollars lors de son élaboration, en 2018. « Bon sang, je vous adore les gars », a lancé l’homme d’affaires en montant sur scène, tout sourire.

Le milliardaire avait affirmé, peu après la clôture du scrutin à distance à 23 h 59 mercredi au Texas (6 h 59 heure française jeudi), que les deux principales résolutions avaient été validées « à une large majorité ! », dans un message publié dans la nuit de mercredi à jeudi sur son réseau social X. Les résultats précis n’ont pas encore été communiqués.

Vote en masse des petits porteurs favorables aux résolutions

« Débouchez le champagne, pour Musk », avaient lancé les analystes de Wedbush dans une note dès jeudi matin. « Nous pensons que le vote en masse des petits porteurs en faveur des deux résolutions a été crucial pour leur approbation malgré l’opposition de certains gros actionnaires institutionnels », ont-ils réitéré après les approbations.

Bien conscient de l’importance des actionnaires individuels, le spécialiste des véhicules électriques a mené une campagne tous azimuts jusqu’au dernier moment pour les inciter à voter, avec son robot-humanoïde Optimus en vedette et des visites de la méga-usine d’Austin à gagner avec, comme guides, Elon Musk et Franz von Holzhausen, chef designer de Tesla.

Plusieurs gros porteurs avaient annoncé au fil des jours qu’ils s’opposaient à ce package, comme un certain nombre l’avait déjà fait le 21 mars 2018, lorsque ce montage financier avait été soumis aux actionnaires en assemblée générale extraordinaire.

Le « oui » l’avait alors emporté à 73 %, en excluant les votes d’Elon Musk et de son frère Kimbal. Leurs mandats d’administrateurs ont été renouvelés jeudi pour trois ans. Le package prévoyait des distributions d’actions pendant dix ans, en fonction d’objectifs précis. Mais le recours d’un actionnaire devant un tribunal du Delaware a abouti à son annulation fin janvier.

Mi-avril, le conseil d’administration a entrepris une manœuvre pour le remettre en piste en l’inscrivant au menu de l’assemblée générale ordinaire de jeudi.

« Le conseil soutient ce plan de rémunération. Nous y avons cru en 2018, en demandant à Elon de poursuivre des objectifs remarquables pour développer l’entreprise », avait alors fait valoir le conseil.

La valeur de l’action multipliée par neuf en six ans

L’action Tesla valait 20,70 dollars à la clôture de Wall Street la veille de l’AG de 2018 (en tenant compte des divisions du titre intervenues depuis), et 177,29 dollars à la fermeture mercredi.

Selon Garrett Nelson, analyste de CFRA Research, les actionnaires individuels détiennent environ 40 % du capital du constructeur.

Après une présentation des activités du groupe, le milliardaire a répondu longuement aux questions d’actionnaires dans la salle. L’AG a duré près de deux heures trente.

La crainte, avait souligné l’analyste à l’instar d’autres experts et d’actionnaires favorables au plan, était que, en cas de refus par l’AG, le milliardaire aurait pu se détourner de Tesla pour se consacrer davantage à ses autres entreprises (SpaceX, X, xAI, Starlink, etc.).

« C’est une bonne nouvelle pour les investisseurs », a commenté M. Nelson, après l’AG, estimant que l’approbation levait l’épée de Damoclès du départ possible d’Elon Musk. Car, pour beaucoup, Tesla n’est rien sans Elon Musk. Fin 2023, il détenait 20,5 % du capital.

« Tesla est meilleur avec Elon. Tesla est Elon », affirmait la semaine dernière Ron Baron, patron de Baron Funds qui a investi autour de trois milliards de dollars en actions Tesla. « Elon a rempli son contrat de rémunération. Elon a gagné son salaire. »

Le fonds de pension des enseignants de Californie (CalSTRS), l’un des trois plus importants des Etats-Unis, et le fonds souverain norvégien NBIM – plus gros au monde et actionnaire de Tesla à 0,98 % fin 2023 – ont voté non. Aucune communication en revanche du côté de Vanguard, premier investisseur avec 7,23 % fin 2023, ou de BlackRock, second investisseur avec 5,9 %. Selon le Wall Street Journal, en 2018, le premier avait voté contre, le second avait voté pour.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu