En Russie, des feux de forêts géants ravagent plus d’un million d’hectares de forêts

Plus d’un million d’hectares de forêts sont en feu en Russie et des superficies plus vastes que lors des étés précédents ont déjà brûlé, ont annoncé, mercredi 10 juillet, les autorités de ce pays particulièrement exposé aux conséquences du changement climatique.

Des feux de forêts géants ravagent chaque année de larges pans de forêts en Russie, dans des régions souvent éloignées et peu peuplées, mais menaçant parfois des zones habitées.

« Il y a aujourd’hui plus de 500 foyers d’incendie de forêt dans le pays, sur une superficie de plus d’un million d’hectares », a déclaré le ministre des situations d’urgence, Alexandre Kourenkov, lors d’une réunion avec le président Vladimir Poutine retransmise à la télévision.

6 000 personnes mobilisées pour combattre les feux

Et depuis le début de l’année, « nous avons enregistré presque 6 000 foyers d’incendies naturels sur une superficie de plus de 3,5 millions d’hectares », a-t-il poursuivi. Si le nombre de foyers d’incendie est en baisse par rapport à l’année dernière, « la superficie des terrains brûlés a, au contraire, été multipliée par 1,5 », a-t-il ajouté, précisant que plus de 6 000 personnes ont été mobilisées pour combattre les feux.

Les feux de forêts commencent de plus en plus tôt en Russie ces dernières années, favorisés par des chaleurs précoces. Selon le ministre de l’environnement, Alexandre Kozlov, ils ont débuté cette année un mois plus tôt « en raison d’une canicule anormale et des orages ».

Les territoires les plus touchés sont la Sibérie orientale et l’Extrême-Orient, notamment la Iakoutie, une région peu peuplée qui souffre régulièrement de désastres climatiques.

S’il est difficile de lier un incendie particulier au changement climatique, ce dernier rend ces désastres plus probables et virulents, un phénomène observé dans de nombreux pays. Les écologistes mettent aussi en cause la politique russe de lutte contre les feux de forêt, qui consiste à ignorer des incendies si le coût pour les éteindre dépasse les dommages estimés.

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu