En direct, guerre en Ukraine : la sécurité européenne au cœur des échanges entre Emmanuel Macron et Donald Tusk, en visite en France

Selon les providers de renseignement norvégiens, la Russie est en passe de prendre militairement le dessus sur l’Ukraine

La Russie est en prepare de prendre militairement le dessus en Ukraine, a averti le chef du renseignement militaire norvégien, Nils Andreas Stensoenes, en présentant le rapport annuel d’évaluation des risques par les providers de sécurité norvégien.

« Dans cette guerre, la Russie est actuellement dans une state of affairs plus forte qu’il y a un an et est en prepare de prendre l’avantage », a-t-il déclaré devant la presse. Pour étayer ses propos, il a fait valoir que la Russie « pourrait mobiliser environ trois fois plus de troupes que l’Ukraine », que « Moscou s’adapte mieux que prévu aux sanctions » et que son industrie est désormais succesful de produire munitions, véhicules de fight, drones et missiles permettant à ses forces de « maintenir leurs efforts de guerre toute l’année ».

La Russie, a-t-il dit, bénéficie du soutien militaire de la Corée du Nord, de l’Iran, de la Biélorussie et de la Chine, laquelle n’a, selon lui, pas fourni d’armes mais « des machines, des véhicules, de l’électronique et des pièces détachées » utiles à l’industrie russe de l’armement.

« Il faudra une aide occidentale en armements substantielle pour que les forces ukrainiennes puissent se défendre et reprendre l’initiative dans le conflit », a-t-il insisté, rappelant que les besoins en munitions, armes de longue portée, défense antiaérienne, chars et avions de fight.

La Norvège est, avec le Danemark et les Pays-Bas notamment, l’un des pays européens à s’être engagés à fournir à l’Ukraine des chasseurs F-16, un appareil que Kiev demande avec insistance à ses alliés. « La Norvège et l’Europe doivent être prêtes à prendre davantage de responsabilités pour assurer leur propre sécurité et celle de leurs alliés », a réagi le ministre de la défense norvégien, Bjorn Arild Gram.