En direct, européennes 2024 : la télévision italienne annule le débat entre Giorgia Meloni et Elly Schlein pour des raisons d’égalité de traitement entre les partis

Transition énergétique : « Sortir du nucléaire est une illusion », estime Raphaël Glucksmann

Au lendemain de la présentation de son programme qui comprend plus de 300 mesures, la tête de liste du Parti socialiste et de Place publique a tenté, jeudi matin sur Public Sénat, de sensibiliser sur l’importance des élections européennes. « L’Europe est mortelle, mais la démocratie aussi est mortelle. Tout ce que l’on pensait acquis, on se rend compte que ce n’est pas acquis », a-t-il expliqué, citant notamment « la guerre de retour sur notre sol » ou encore « la perspective d’une élection de Donald Trump » aux Etats-Unis.

« Il faut rompre avec l’indolence et l’impuissance de l’Europe sur la sécurité, sur le commerce international. On est les dindons de la farce de la mondialisation », a également déclaré M. Glucksmann. Au sujet de son programme, le candidat socialiste propose notamment l’instauration sur le continent d’un « revenu minimum décent », en « harmonisant les conditions sociales ». « A partir du moment où vous avez un marché unique, il faut harmoniser les règles. On doit fixer des directions, c’est ça que l’Europe doit faire. Il faut terminer l’Europe. Il faut plus d’Europe », a-t-il plaidé.

Lire aussi |

Sur la transition énergétique, M. Glucksmann « ne fait pas de la sortie du nucléaire un objectif », contrairement aux « insoumis » ou aux écologistes. « L’objectif, c’est la décarbonation de l’énergie. Sortir du nucléaire est une illusion », a-t-il estimé, appelant à « cesser la fermetures des centrales nucléaires, tant que les conditions de sécurité ne sont pas problématiques ».

Le candidat socialiste, qui se rapproche de son homologue macroniste, Valérie Hayer, dans les sondages, a fustigé aussi la tenue d’un débat entre le premier ministre, Gabriel Attal, et la tête de liste du RN, Jordan Bardella, le 23 mai sur France 2. « Au nom de quoi on restaure ce duel là dans un moment où on voit que cette élection n’est pas un duel ? Est-ce le rôle du service public d’organiser ce débat aussi proche de l’élection ? », a-t-il interrogé.