Edwy Plenel annonce qu’il quittera la path de « Mediapart » le 14 mars

Le journaliste Edwy Plenel, le 21 mars 2022, lors des obsèques de l’ancien patron de la Ligue communiste révolutionnaire Alain Krivine, à Paris.

« C’est regular, c’est un passage de témoin en bon ordre ». A 71 ans, le journaliste Edwy Plenel a annoncé, lundi 12 février sur France Inter, qu’il allait quitter le 14 mars la path de Mediapart, média d’investigation qu’il a cofondé il y a seize ans. « Je continuerai à écrire pour “Mediapart”, je continuerai à être présent par ma plume, mais je ne serai pas le responsable juridique, le patron de l’entreprise », a expliqué l’actuel directeur de la publication, sans dévoiler le nom de son successeur.

Le 16 mars 2023, Edwy Plenel avait déjà évoqué la perspective de son retrait. « On travaille sur une transmission cohérente, solidaire, bienveillante, pour que nous soyons en state of affairs d’être protecteur sur la suite. On va organiser ça, je n’ai aucune ambition de m’accrocher, ce processus est en cours et il va aboutir, sans aucun doute, dans l’année qui vient », expliquait-il alors, lors d’une conférence de presse.

« Le miracle de “Mediapart”, c’est que l’équipe pour l’essentiel a entre 25 et 45 ans, j’en ai 71. Il est regular que ça vive, indépendamment de nous », souligne-t-il aujourd’hui.

De Cahuzac à #metoo

Avec son équipe, Edwy Plenel a lancé l’affaire Cahuzac, fin 2012, du nom de l’ex-ministre socialiste du funds déchu après avoir menti sur son compte bancaire secret détenu à l’étranger. Le média en ligne a sorti de nombreuses révélations sur le mouvement #metoo, dont des témoignages sur Gérard Depardieu, ou plus récemment sur le psychanalyste Gérard Miller.

Edwy Plenel est entré au journal Le Monde en 1980, avant de prendre la tête de sa rédaction en 1995. Dans les années 1980, plusieurs affaires impliquant la présidence française et sur lesquelles il enquêtait – notamment l’attentat des companies secrets and techniques français contre le Rainbow-Warrior, navire de Greenpeace qui faisait campagne contre les essais nucléaires français en Polynésie – avaient suscité l’ire du président François Mitterrand.

Le Monde avec AFP